Pas facile de noter tous les restos et bouis-bouis où on mange (ça fait très africain, Boui-boui, non ? Toit en tôle, murs en pisé…Argh, je refais une attaque de préjugés racistes !).

Dommage, c’est toujours ce genre d’info dont on peut pas se souvenir au final. Essayons…

  • Ootoya : une chaîne de restos tranquille, bon accueil, menu traditionnel et pas cher…2 fois que je m’y casse le ventre pour moins de 10 euros.

  • Watami: encore moins cher (entre 150 et 350 yen le plat !), rapport qualité-prix très honnête mais franchement un peu gras sur la fin…tu sors en ayant l’impression d’avoir fait un match de lutte gréco-romaine avec Brigitte Nielsen en bikini dans le saindoux: apaisé mais un peu huileux.
  • Le barbecue coréen / Yakiniku de Kichikôji où on a mangé l’autre soir était pas mal.

Voilà Kanegon et sa copine Nino, et le mec flou, c’est Coua-Coua le vendeur de bijoux.

Nino, Kanegon et couacoua

J’hallucine toujours sur combien la viande est GRASSE au Japon !

Porc en lanières avec une tranche blanche, bœuf (veiné de gras) en tranche, gros blocs de jambon pas maigre, champignons émincés ou pas, chou au sésame, kimchi, nouilles chaudes, nouilles froides à la prune, bibimpab, noix de St-Jacques au beurre…

Le grand n’importe quoi diététique mais pas mal niveau plaisir de la bouche.

 

焼き肉

やきにく , yakiniku, barbecue coréen, pulkogi

Manquait le Kouign amann en dessert, tiens ! 😀

Je regrette de ne pas pouvoir baragouiner plus le japonais, à plus fort titre quand la personne en face (mon petit coiffeur d’amour^^) exprime la même opinion.

Ça viendra mais c’est LOOOONG ! T’as raison Baptiste, vais mettre la télé (ça changera du death metal à l’ancienne du moment…)

Ah, je crois que je vais aller voir « Pulkogi, le film ! » …Les affiches dans le métro me donnent faim, et vous savez que j’adore les films de cuisine.

Advertisements