Les lois de l’attraction (en VF)

Roger Avary (Scénariste de Pulp Fiction, Killing Zoe, etc) adaptant Brett Easton Ellis (Glamorama, American Psycho…), ça sentait le buzz renforcé par une belle affiche et une appellation à la con « version intégrale inédite au cinéma« .

Je vois pas ce qu’ils auront coupé en salle, le film n’étant quand même pas assez crétin/gore/malsain pour atteindre l’étiquette « culte » (ou alors pour échapper au bac des soldeurs), juste un petit film de campus sympathiquement biscornu.

On suit donc la vie de Sean Bateman, ses deals, ses pseudopartouzes, ses amours ratés et sa tronche de dégénéré du Middle-West, ce qui rend pour moi incompréhensible le choix de cet acteur dans le rôle du mec qui fait craquer les sexuels des deux genres de la cité U…Bref, les jeux de l’amour et du hasard, de la fête et un peu de perdition.

Les acteurs jouent bien les décérébrés, plus ou moins conscients de la chose.

La scène d’ouverture assez grandiose ne fait pas honneur à l’héroïne, assez mignonne au demeurant (Shannyn Sossamon, bientôt dans le remake US de Chakushinari (One Missed Call) de Takeshi Miike par Valette, un français…). Niveau second rôles, 2 hilarants camés flippants de premières, un jamaïcain lecteur de cumshot magazine (blooodclaaaat !) et un psychopathe du dimanche qui se la sent Vice City, mais avec une tronche tout droit sorti de Dikkenek 😀

Mise en scène et photographie OK, c’est propre, bien calculé…Les effets sont délectables, comme ces très jolies scènes de montages à l’envers, comme des chorégraphies inutiles d’un temps qui mène à l’inéluctable.

3,4 Bien foutu, efficace.

Publicités