Le pseudo-fanboy d’Abe Hiroshi en moi vibrait depuis longtemps à l’idée de regarder ce 1er long métrage tiré d’une série du même nom que je n’ai hélas pas vu.
Le concept m’échappe donc un peu, mais apparemment, tout repose sur le « duo comique » Abe-Nakama, leurs allusions à 2 zlotys sur la taille du popol et des roberts de l’un et de l’autre, mais surtout sur l’alliance indéfectiblement efficace de la prestidigitation et du cartésianisme version MathSpé, comme quoi on peut faire des films avec tout.

奇術

きじゅつ ・ kijutsu ・magie , prestidigitation

Le scénario tient debout comme Jeanne Calmant jouant à Chat perché, et on s’en cague : cette pseudo histoire de forestiers abrutis (merci la vision du Japon rural !) et semi-crédules face à ces Dieux d’opérette qu’ils ont convoqué pour sauver leur village de la malédiction de la tortue géante (?!), c’est…euh…Star Wars : L’attaque des clones est cohérent comme du Kierkegaard, à côté.

迷信

めいしん ・ meishin ・superstition

La sauce prend quand même, mayonnaise bâtarde de relations vinaigrées, récit clair comme de l’œuf battu et renversements moutardesques; car enfin, c’est bien à l’enfant en nous que ça s’adresse, avec le plaisir de voir un camion de pompier en plastique foncer dans le mur, comme cette histoire.
3,76/5, Le duo est vraiment charismatique et c’est mal de se moquer des pacoulins, mais confortable.

Publicités