a.k.a la playlist des plus grands succès de ma chambre.

On ne change pas une formule qui gagne ! (Jacques Seguela inside ©)

  1. Good Clean Fun : Between Christian Rock and a Hard Place
    GCF_cover_rs
    Rien que le titre et la jaquette, déjà, ça fleure le bon goût…Dans la lignée des précédents (dont l’indémodable Saving The Scene From The Forces Of Evil), du bon HxC OldSchool, avec des poignées de punk rock moderne, de l’humour acide (It’s Fun To Be A Vampire : une chanson sur les mecs qui se font de audiotracks pour leur goth-page MySpace…:-) ), des sing-alongs en veux-tu en voilà, 1min 50 en moyenne par morceau, à fond les ballons et pourtant moins crétin que des nazeries mélodiques.

    « I used to have a straightedge girlfriend
    She’s not straightedge anymore
    Now that we’re not dating she’s my…
    Ex-Straightedge-Ex ! »

  2. Aghast / 1000 Travels Of Jawaharlal : Split EP
    Coer_rs
    Aghast de Toulouse et l’autre imprononçable du Japon réunis pour un sacré split qui gifle mémé Monique cul nu avec de branches de genets en fleurs !
    Chaque sortie d’ Aghast provoque chez moi des vagues de frissons incontrôlables…Découvert dans un autre split (avec Tekken), ça m’a toujours bugné les oreilles depuis. 4 chansons, 4 pains, surtout avec le KO final, « My Friend Slobodan »
    1000 Travels claque franchement pas mal aussi, beaucoup plus punk, voire streetpunk épileptique, avec une voix en retrait bien arrachée (j’ai enfin compris le secret des groupes nippons…les clopes à 2€ le paquet).
    Les refrains sont ultra catchy, et le fait que le braillard s’obstine à chanter vraiment rends la mayonnaise franchement digeste. Régal des esgourdes…
  3. Amanda Woodward : La Décadence De La Décadence
    amanda cover_rs
    Histoire que la goumi ne désenfle pas, un album très bandant, et hurlé en français sans être insupportable (au contraire même), ce qui est rare.
    Des textes toujours intelligents, de la guitare assez aérienne (le traitement m’a un peut fait penser à Antenna de Cave-In) quoique chaotique comme il faut…Des morceaux énormes comme la Décadence, Dans le cas où les flammes ou encore Massacre à la poinçonneuse
    Je ne m’en lasse pas.

    « On est peut-être déjà mort
    de peur de se résoudre à la banalité.
    Sauver sa peau ,
    c’est la valeur universelle. »

    http://www.amanda-woodward.com/

  4. Justice :
    Justice cover_rs
    Bon, on en a parlé partout, mais oui, excellent album électronique et buzz vraiment mérité, on pense parfois à Daft Punk en sale, mais ça mixe tellement de trucs que c’est dur à classer. Très funky et crade sans basculer dans la facilité electroclash d’usine.
    À écouter, c’est tout.
  5. Dragon Ash: Independiente
    Dragon Ash cover_rs
    Pas franchement ma tasse de thé à la base, le genre « je fais du Sergent Garcia vs.Ketsumeishi«  prend finalement pas trop mal…De la J-pop latino-isante (on ne peut pas dire latinisante, mais le projet vaudrait des points…Salve, Aniki !), basique mais efficace…détends l’oreille et le cerveau.
  6. Muse : Black Holes & Revelations
    Muse cover_rs
    On aura pas mal cassé cet album, qui, c’est vrai n’es pas à hauteur du monstrueux précédent (je suis moins fan du premier, ce qui hérisse le fan d’habitude), mais remplit amplement le contrat à mon goût, avec ses orgues mi-Walter Carlos, mi-Phantom Of The Opera, ses guitares à la Queen (oui, et alors ?) ou Killing Joke, ça dépends, sa voix perchée…
    Pochette bradée, bon disque.
  7. The Black Dahlia – OST (Mark Isham)
    TBD Cover_rs
    Autant j’ai trouvé le film assez confus et pas exactement virtuose, autant la BO est assez éprouvante dans le bon sens du terme, c’est a dire quelle fait vivre les émotions sans l’image
    Intense et pourtant fine (malgré c’te légère surcharge dans les cuivres).
  8. Vibrator – OST
    Vibrator
    Un film à fleur de peau d’un de mes réalisateurs japonais préférés (Hiroki Ryuichi) se permettant d’avoir une concise mais excellente BO par-dessus le marché.
    Attention au morceau 6, あなたへ (Anata e, de Hamada Mariko), vrai mange-cerveau de base.
  9. Akeboshi – s/t
    Akeboshi cover_rs
    Des chansons faciles à piano et guitare, c’est pop as fuck mais j’accroche, tout seul d’ailleurs puisque personne n’a l’air de mon avis là-dessus.
    Des ballades, assez roucoulantes, souvent en anglais, mais avec une espèce de petite touche Elliott Smith qui passe bien.

  10. Good Night Tokyo – V/A
    goodnighttokyo2_rs
    « A collection of Japanese Clubpop 1967-1972 »….
    Slurp…Très candide, très pop, très…enfin, pas de traîtrise avec le titre. Facile et supra-efficace si on aime le genre, tantôt funky, tantôt Enka…Bonne reprise de « Aquarius » (Hair), …Hiriyama Miki ou The Mojo, autant de raisons d’écouter.
  11. Lil’Kim : Hardcore
    Lil kim cover_rs
    Biaaaaaaaaaatch ! Des textes ultra-putassiers, des instrus de mauvais gout qui fracassent, de l’humour double beurre (la premiere piste appellée « intro in A-Minor » ?!), et ce bon son désormais daté…Un des rares trucs de Rap auquel je reviens de temps à autres (enfin, surtout la face B, la A étant un peu molle, au fond).
Advertisements