*Petite pause dans le récit coréen, changeons de latitude…*

Bonne petite surprise inattendu venant de ce film d’horreur nordique…

L’affiche et le plot (une bande de snowboardeurs se blesse et doit passer la nuit dans un hôtel désaffecté) laissait imaginer une merde comme le sont les 99,9% de films de snowboardeurs, avec plans complaisants sur les gerbes de neiges qui volent et la cool attitude digne d’un clip de Lorie entouré de petit cons de la bourgeoisie Chamoniarde, mais non.

紋切り型

の 表現

もんきりがた の ひょうげん ・ monkirigata no hyougen ・cliché , stéréotype , idée reçue

Fritt Villt, c’est avant tout une ambiance, une photo (superbes tons bleutés) et un montage très dynamiques, avec des sursauts moins prévisibles que la grosse majorité des films du genre. Evidement, à force de voir du film de maison hantée, consanguins des forêts et autres malédictions de bouseux, on devine plus facilement. Le twist de fin est assez rapidement clarifié, d’ailleurs, à gros coups de boutoirs.

« Ondskapens hotell », written on the newspaper, which is the Norwegian title for « The Shining »…

Mais il y a de la référence (l’inévitable et omniprésent « The Shining » empêche à vie de voir quelqu’un collé à une porte en bois sans avoir peur qu’une hache, un piolet, un disque de Patrick Fiori ou un ski de fond ne manque de vous empaler à travers), du suspense (combien de survivants ?), de la petite culotte et une touche de je-ne-sais-quoi définitivement jouissive.

Hein ? Racoleur ?! Qui ? Où ça ?!?

Agréable (quoique non, au fond…). 4/5

Advertisements