Sakurai-san

3 mois que mon patron me bavait sur les rouleaux avec un « on va boire ensemble, hein ? Vite fait bien fait, hop hop ! HEIN !? « .

OK, mouais…o_O’

C’est arrivé un samedi, après un de ces raouts pour comité d’entreprise (Mercedes, si je ne m’abuse) qui louent tout le resto pour une murge express entrecoupée de discours lénifiants même sans les comprendre.

Étonnant hasard, l’izakaya le plus proche est encore une fois au sous-sol, et non content d’être pas dégueu, c’est aussi le moins cher que j’ai jamais vu.

OyabunEnsemble, on ressemble à un colloque de crétins interstellaires, genre joyeux mongolien de Serbie hurlant sa passion pour la porcelaine de sèvres à un pakistanais hysterico-hockeyeur en ligue semi-pro : beaucoup d’agitation, d’enthousiasme communicationnel mais peu de résultats sinon celui du choc des onomatopées, des mots jetés comme si on pêchait le requin avec un lapin assommé mais hémophile, des gestuelles à ressusciter le Mime Marceau et rendre austère un napolitain, un hommage insultant aux grands singes qui s’éteignent, ou comment communiquer peut diminuer l’intelligence mutuelle plutôt que l’inverse.

ちんぷんかんぷん・incompréhensible

Alors maintenant, imaginez si on se met à boire devant un poisson mort (entre autres).
……………………………….
Il en descend, le bougre, je suis médusé en mangeant mon poulpe; 2 bières (toreaezu) puis un shouchu au sésame noir sur glace, puis un autre à la patate douce, puis un avec une prune dedans…Il recommande, on est assis depuis 20 minutes…
Direction Ginza, marchant comme un Kenyan dont la furieuse envie de pisser n’aurait pas coupé l’envie de s’entraîner. On quadrille le quartier au trot, à la recherche du second job du serveur alors absent (vous suivez ?).

まぐろ ・ maguro ・thon

Igarashi-kun nous amène notre tranche de tête de thon grillée accompagnée d’une inévitable Sapporo, et je me demande encore une fois pourquoi les restaurateurs s’obstinent à servir la plus mauvaise bière du marché, partout, toujours.

吃驚

びっくり ・ bikkuri ・surprise

On quitte le Magurosan (« Maître Thon« , en gros) après un petit tartare de thon (surprise !) et arrive la culbute fatidique devant un resto espagnol qui sent l’esbroufe à plein nez.

Gagné.

Pour une note qui passe comme si un proctologue stagiaire vous massait le foie de l’intérieur, on peut déguster du chorizo japonais sans saveur ni piquant, que même les employées de soap-land rechigneraient a mettre en bouche, des « moules marinières » (ça devient encore thématique…) vraisemblablement décongelées au micro-onde et arrosée de grandes giclées de vinaigrette blanche un peu âpre, le tableau des coquillages ouverts bavant leur cyprine tiède sur l’assiette n’avait d’égal que le goût foutrement atroce.

汚い

きたない ・ kitanai ・sale , dégoûtant ; vulgaire

Je vous épargne la paella, n’importe quoi de l’extrême, sauvons juste le vin (un Rioja correct) de l’ensemble.

Traitant désormais une haine commune du japonais travesti en Espingouin de telenovella, le chef fonce titubant vers un bar à vin…Ambiance cosy, piano à queue et lumière tamisée, mais sans loups ni backrooms. L’entrée de la cave à vin permet pourtant l’anal-ogie : première bouteille soulevée à 38.000¥, seconde à 95.000¥, etc. (achetez du papier millimétré exponentiel et tracez une courbe).

Monsieur Igarashi

M.Igarashi, 35 ans aujourd’hui, séduisant célibataire…

Ruines de fromage et vins Tel Peg’ accroché à la chemise à carreau d’Al Bundy pour lui soutirer quelques dollars, je scotche au patron qui quoique bien éjecté, est encore assez dynamique pour prendre un Vosne-Romanée et nous foutre sur la paille (on partage les additions, au japon).

On s’en sort avec un californien honnête sous tous les aspects, mais repart avec les poches aussi vides que le regard de Lara Fabian.
Fin.

Enfin, presque fin.
Je commence à désespérer un peu pour mon visa de travail :

nous pensions tous les deux le faire au resto, mais les obstacles s’accumulent : prix exorbitant pour le patron, et grosse difficulté à trouver les pièces requises ; en effet, il faut justifier de 9 ans de travail dans la restauration, et encore c’est pas gagné. Y’en a qui vont recevoir des mails bientôt…:-°

Sans quoi, franchement, je fais le miséreux, mais n’hésitez pas à m’écrire vos suggestions…JE CHERCHE DU TRAVAIL !

Enfin, surtout un qui donne un visa…Bien sûr, j’ai fait que des trucs qui ne servent à rien : je suis diplômé d’histoire et d’allemand, j’ai enseigné un peu, je sais me servir d’un ordi, fais des traductions…mais rien de tout cela ne semble potentiellement rémunérateur ici.
Au secours, épargnez-moi le charter…. Merci.

Advertisements