Chofu_Gare

« Putain, la vielle connasse du Vietnam, au magasin, elle a dit :

« pas de problèm’, vous le mettez UN minute au micro-ondes’ « 

Mais putain, ça fait 20 ANS que tu es là et tu sais toujours pas qu’on dit UNE minute, merde, après j’ai honte d’être un jaune aussi, on va croire quoi ?

Non, je sais que t’es un sale raciste, ta gueule gros pédé ! Suisso français, français suisse, on sait pas là… »

Cher Louis,

j’ai beau avoir ignoré beaucoup de tes appels et cherché des tonnes d’excuses bidons pour pas te voir le dimanche, pas venir « faire un barbeuke » chez toi, tu me manques souvent.

Evidement, c’est con, tout le monde étant jaune ici, ça aide…Je dis juste ça parce que tu aimais les remarques brillantes comme ça, genre tout le monde dans le même sac, bol de riz et baguettes, etc. Très français.

D’avoir vu ta photo, rayonnant, le Louis que j’ai rencontré, que j’ai aimé, avec qui j’ai adoré perdre des heures au cafés en te voyant siroter un maigre expresso avec des clopes chinoises hors de prix et ta forfanterie qui allait avec (« 8 euros le paquet ! j’en ais 3 cartouches… » ) pendant que je broutais consciencieusement toutes les olives…

Toi avec qui j’ai redécouvert le billard malgré cette position absconse et fort suggestive qui te faisait rentrer beaucoup de boules dans les trous, toi qui fut le seul Chinois que j’ai rencontré doté de gentes 17 pouces et d’accent marseillais de série, toi donc, dont la photo sur le cercueil et la douleur de tes parents m’ont fendu le cœur, je te regrette souvent.

Mais tu as fait le choix, et si je ne suis pas le seul à repenser à toi la gorge noué, après un an d’absence, après tout, il ne reste plus qu’a te souhaiter « porte-toi bien », si ces paroles ont un sens là où tu te trouves.

Bien à toi, Ismaël

Publicités