Étiquettes

, , , , ,

Cases peules
Pendant ce temps, au Mali….

Marre de la ville.

Enoshima est comme une bouffée d’air frais après la classe de cuisine de la demi-journée.

echanger des ballespetit beateau

Gosses d'EnoshimaOn marche sur le bord de la plage, les enfants jouent, les shonan-iens font du surf et les ex-zokus jouent du djembé carré (bizarrement supportable…sans doute l’absence de pétards et de t-shirt « Free Tibet »…et pas besoin de le tondre, ils l’ont déjà fait), les filles roulent dans le sable en bikini en jouant au beach-volley à trois (un grand moment de masochisme), des jeunes mamans à gros seins, tout ça. La routine. Le soleil est superbe, le vent ébouriffe et le soleil se couche alors qu’on se rêve avec un chapeau de paille et une canne à pèche entre les mains, taquinant le mérou coincé entre les rochers, voire plus si affinités.

la tourVers la lumiere mon Dieu

la fosse des mariannesmy little star

coucher d'EnoshimaQuestion ferrage et appâtage, on observera pendant tout le trajet sur l’ile le ballet d’approche amoureuse (sans doute, hein ?) de 2×2 jeunes endimanchés venus s’encanailler sur l’île des plaisirs, quoique c’était là notre extrapolation la geole du chevalier des Gemeaux: la face d’huître décolorée semblait trop peu décidée aux yeux de la jolie pétoncle, qui le traînait de stand de limonade à souvenirs de plastoc, de rochers en coquillages et autres abords de la grotte-obscure-là-bas-où-il-pourrait-se-passer-tant-de-choses, sans qu’il ne tente un mouvement hardi.

[Et voici la geole du chevalier des gémeaux ! -> ]

Vers la grotte fornicatoire
« Oh, regarde, des crabes qui s’accouplent ! Eeeeeeeh ?! »

ManjuLa parade nuptiale du Japonais est incompréhensible.

Après avoir mangé des onsen manju, nous rentrions.

Fin du chapitre.

la paipan d'enoshima

« Vas-y trace ta chatte, tête de mort ! »