Étiquettes

, , , , , , ,

Pubs_Kilos de merde

C’était pas prévu, mais je fais une pause express dans le récit des aventures freudiennes, parce qu’une fois de plus, le Nikkei d’aujourd’hui a tenté de pulvériser un record : non seulement celui des décibels, quand le livreur défonce ma boite de porte (la boite à lettres de la porte. Oui, et alors ?) tous les matins (j’le voudrais pas comme partenaire de cellule en prison, celui-là), histoire de forcer ce gribouillis économico-somnifère dans mon humble demeure, mais aussi celui du poids de la pollution imbécile, comme en attestent les 649 grammes de PUBS DE MERDE dont le chiffon était farci comme un cordon bleu de cantines scolaires sous-traitées en Moldavie.

Pubs_poid
Il y en a un peu plus, je vous le laisse ?

Que les Moldaves me pardonnent…
Ca me fait hurler de devoir se bouffer toute cette chiasse écologico-sympathique, genre « prend un écobag sinon le Gardien de la Revolution te coupera une main », alors que les combinis sont ouverts 24h/24, éclairant le monde comme des lampes-torche dans la tronche d’un sans-papier, portes ouvertes et clim à fond, dans un sens comme dans l’autre, et que tous les matins, il pleut des kilos de merdes sur papier glacé comme il pleut du phosphore blanc sur Gaza.

[Bande-son : Jeunesse Apatratide – Clochers]

Pubs_a fond la beuhPubs_samma

Que le Mossad me pardonne…
700 grammes de promotions pour des trucs aussi vitaux que les concombres ou les miettes de thon, 700 grammes de pantoufles fabriqués en Chine pour économiser quelques ronds alors que la pub en coute le triple, 700 grammes de fondamentales pinces à sardines et autres étuis à iPhone submersibles (ça sonne, t’es Cousteau).

Pubs_pince a sammaPubs_pochette iphone

Que l’équipage du Calypso me pardonne…

Pubs_classyPubs_mégaglacé

Des mètres carrés d’immeubles en construction aux bords des rivières, des litres d’encre saturés de produits chimiques pour un rendu glacé qui fait mal aux yeux, des minutes de haut-le-cœur, entre l’odeur du tout et l’idée que CHAQUE bicoque a reçu ça ou presque, justifiant le prix aberrant du mètre carré que certes, les riches payeront sans frémir, tandis que ceux qui aspirent au standing s’endetteront pour les 30 prochaines années juste pour avoir une bonne vue sur les feux d’artifice, l’idée que la collectivité doive payer le recyclage de ces patinoires sur arbres morts…C’est gerbant.

Y’a de quoi rejoindre Lutte Ouvrière…

Pubs_beton stylePubs_aston martin

Le pire, c’est encore que derrière l’image de synthèse avec l’Aston Martin devant (peur de rien, les mecs !), on voit déjà ce que ça pourrait être de pire : une cité béton.

De l’ennui à la chaine, rien à faire sinon tenir les murs, rouiller sur les bancs, parler du cramé de la cité d’à côté, rire avec les potes en crachant par terre et cavaler devant la BAC.

Puis revenir 20 ans plus tard, dire que c’est plus pareil, évoquer ceux qui sont partis, «  et t’as vu, un jour il a pété un câble et… », ceux qui restent et ceux qui y sont restés, d’une manière ou d’une autre.

Ben non. Ça sera un immeuble moche et triste comme à Lyon, Marseille, Strasbourg…mais sans vie.

Pubs_interieur bourgeois_c

Les gens s’y sentiront en sécurité, ils vivront à 2 dans du grand standing, les chiens seront interdits, chacun aura un parking où la merco ne brulera jamais, les portes seront blindées, personne ne vendra de shit, les survêts Lacoste serviront pour jouer au tennis ou au golf, aucun mouton ne sera égorgé dans aucune baignoire, aucun bouzouki n’égayera la fin du ramadan, personne ne frappera chez vous pour demander du sel, vous vous suiciderez dans l’anonymat le plus complet, aucun voisin Malien ne vous adressera un sourire le matin, ça ne sentira jamais le couscous à cause de la hotte hi-tech, d’aucune salle de boxe ne sortira aucun champion, personne ne dira qu’il est connu par ici.

Pubs_tetes de noeuds
Têtes de noeuds architecturales.

La tristesse ne sera pas camouflée, elle sera nié parce qu’ici, si vous êtes tristes, ça ne pourra être que votre faute. Le gosse auquel vous ne tirerez pas l’oreille ne dira pas « c’est pas moi c’est les autres », parce qu’ici, ça n’a aucun sens. C’est un cercueil pour vivants, sans les fleurs parce que le règlement l’interdit, à cause des allergies.

Pubs_upper mes balls_c
Comme dans Akira ?

Donc, je vais devoir appeler la société qui s’occupe du dispatching des journaux et leur dire que la prochaine fois que je trouve un paquet de ces feuilles prémortuaires, je les roule et les renfonce dans le livreur. Vu le papier mégarigide et coupant que c’est, ça m’étonnerait que le salaire de son baito suffise à payer les points de suture.

Sinon, à Noël, je voudrais un fusil à lunette. Siouplait.

[écoutez ça, c’est bien : Syphilitic Vaginas – Black Sorcery]