Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , ,

666

A consommer de préférence avant l’apocalypse.

J’ai eu un gros retour en force de musique burnée dans ma vie auditive. Voici une petite sélection de trucs qui m’ont traversés les oreilles avec plus ou moins de plaisir ces derniers mois. Ces reviews sont déjà vieilles, mais bon…

permafrost
Skeletonwitch – Beyond The Permafrost

Bon disque de trash à l’ancienne, avec des guitares à 10.000, des mélodies qui envoient et plus de double pédales que dans les bars de Golden Dai où Robin m’a amené jadis, le tout joué par un groupe de squelettes ashkenaze. Enfin, peut-être.

http://www.youtube.com/watch?v=1-Dqjr2X_Ho

Yogourt
I Am Error – Trout Yogurt

Du bon nintendocore (Hardcore + musique de super NES).

Qui peut résister à des titres comme «  Forrest of Fellatio » ou « The Reason We Vomit Is To Show How Dedicated We Are To Lose Weight » ?
En meme temps, ca peut sembler beaucoup pompé sur the locust.
burn my eyes
Machine Head – Burn My Eyes

Je me demande comment c’est possible de ne pas retrouver sur le net de traces de ce magazine auquel j’étais abonné étant adolescent, RAGE.

Outre le cliché du nom et parfois des articles (mais la presse rock est morte en 1982, radote peut-être à raison, mais bon, j’en ai marre de lire ses jérémiades- Yves Adrien) et des parti-pris, ca m’aura permis de connaître pas mal de groupes, dont celui-la.
Du gros métal à l’ancienne, mais avec une sacré agresivité malgré le coté très mid-tempo, trop chevelu-torticoli pour moi en règle generale (je préfère écouter les trucs « droit dans le mur » et « je danse en scaphandre » séparément…Ne mélangeons pas Vader et Neurosis. Quoique…).

http://www.youtube.com/watch?v=_mWPPBW4DU8

Et puis le chanteur avec ses 3 petites dreadlocks dans la barbe, c’te classe...(en 1995)…げろかっこい…

victimes FAR
From Ashes Rise / Victims – Split

A force, on aura compris que je bloque sur From Ashes Rise.
La surprise, c’est Victims, qui défonce dans un accabi proche, la bande-son d’une émasculation de chamois à la serpette rouillé, les groupes d’illuminés hurlant des chansons d’Alizée en dansant dans les arbres en slip Adidas acrylique bleu roi et barbe de 3 semaines, une branche de houx dans chaque oreille.

Comme l’image n’est peut-être pas très claire, c’est du hardcore avec de la vrai burne dedans, joué vite et fort, comme un parpaing dans ta gueule au réveil. Énorme.
NachDerKippePogo
Antitainement – Nach der Kippe, Pogo ?

Pas facile d’essayer de mélanger la musique et l’humour. Surtout quand on est allemand.
Déjà le titre : « Un pogo après le travail ? »…je sais pas si c’était une bonne idée.
De plus, toute personne prononçant le mot « pogo » est potentiellement suspecte de blaireauïtude.

Bon…musicalement, c’est pas atroce : du Screamo à la mode, moderne, avec l’inévitable touche nintendocore fashionable (voir plus haut ). Du clavier qui fait n’importe quoi, en somme, et des breaks imbéciles au milieu, funk, electro, tout ca.
C’est sauvé par le fait que les gars savent vaguement jouer et ont un certain sens de la mélodie. Par contre, par moment, j’aurais aime ne pas comprendre les textes.

Quelque part entre les très copies The Locust, I AmError et NOFX (pour le cote cheap et potache). Bof, très bof (Pour ne pas dire vraiment en bois.).
I OBJECT
I Object – Teaching Revenge

Encore un groupe dans la veine des « I + un verbe » (I spoke, I reject, etc), mais avec une voix féminine (oui, un minimum, quoi…) et des chansons assez crust-punk, jouées vite et salement, agressives mais mélodiques. Moins pénible que Submission Hold, assez agréable, en gros.

A Dance After Apocalypse
Stillrise – A Dance After Apocalypse

Fallait pas manger du steak !
Gros Metalcore, avec des solos (métal) et tout. Agressivement métal et putassierement métal, c’est pas métalement mauvais.

Voix assez death-grindisante, ou alors hardcore tough-guy moderne (moderne : porte une barbe et des pantalons volcom pour cacher qu’il a désormais une bouée kronenbourg. Contraste avec le tough-guy passé, qui sentait de l’aisselle, dansait le KDS et portait des baggy pour masquer son essai d’être tellement vegan que même le guacamole sur lequel est une mouche avait volé était sujette au refus. Souvent belge. « True Till Death! », ahaha).
Ah ouin, c’est métal. Je l’ai déjà dit ?

coalesce
Coalesce – There Is Nothing New Under The Sun

Pas bien nouveau non plus, ce disque dont le groupe s’est séparé il y a déjà 5 ans.
Par contre, le meilleur album de reprise de Led Zepelin existant à ma connaissance. Première partie bien lourde, avec une dimension oppressante données à Immigrant Song (un rouleau compresseur de guitares), Black Dog (dansant comme une séance de body building à theme « hormones+LSD a la gym») et bien d’autres, suivis d’une courte deuxième partie acoustique, avec la perle « Thank You », déprimante mais jouissive.
La réédition du disque adjoint d’autres reprises de BoySetsFire (venant du split) et Black Sabbath, entre autres plus ou moins dispensables à mon avis

yotgay

Youth Of Togay – Want More Guys 7′

Amis de la finesse, bonsoir. Une claire parodie de Youth Of Today, ou un hommage, si vous voulez. Du straight edge youth crew style très classique, sauf les textes qui parlent de bite dans le cul. Ouééééé !
Mention speciale à l’introduction (mmmmh…) de Make The Change (singalong : « No Cunts ! No Cunts ! » Wow…)

“It’s a big deal you fuck guys, I’m cool, I’ve got friends who fuck guys….in jail. »

Doughnuts taotc
Doughnuts – The Age Of Circle

Pas un disque majeur des nenettes d’Umea (combien de groupes pour ce bled ?), pas tout jeune (1995).

Mais du gros HxC TRES métal, avec une voix pas franchement féminine, mais apres Walls Of Jericho, on a vite fait de relativiser.
Agréable à petite dose, un peu vieillit, franchement, mais pour ceux qui se souviennent de l’epoque du H8000, KDS et GoodLife, c’est pas loin, avec plus d’émotions et moins de mains tenant ses couilles en hurlant (par contre, les maillots de basket en mesh XXX(L) vous y aurez droit.)
Hollow
Hollow Jan – EP

Bon EP de ces coreens qui sonnent vraiment un peu trop comme Envy pour qu’on s’extasie. Ça reste honnête et très screamo-post-machin-rock, donc.

Damad
Damad – Burningcold

De prime abord, c’est imbitable : lourd et lent sans être sludge, ca semble mou et usant. En effet, si on s’attends à du speed (la faute à la pochette façon Crude ?) , c’est raté.

Mais c’est surtout un album avec une cohésion assez forte pour pouvoir l’écouter de bout en bout au casque sans se faire trop chier, comme ca, en lisant le journal dans le train. Des samples, 2 voix, de gros riffs qui roulent et rongent lentement le cerveau. Pas le plus facile d’accès, mais un disque très potable.

Non-retenus dans la selection :

Sigh – Tribute To Venom EP
Comme son nom l’indique, un mini album de reprises de Venom par un groupe de black metal japonais. Pas atroce, sans plus...Faut aimer Venom avec ferveur, j’imagine.

Doughnuts – Feel Me Bleed.
Sous ce titre menstruel se cache une galette passablement ratée, mid-tempo, trop métal mou, sans punch. Fallait manger du fer, les filles, pas de l’alu.

Toxic Holocaust – An Overdose Of Death
Soit c’est de l’humour, soit ils sont cons. Vu le cote « Manowar » de la musique (sans les jupes en peau de bêtes, ni le cote lyrique, ni grand chose d’autre d’ailleurs, hormis la linéarité), je penche pour la connerie. Trash à l’ancienne, pas affreux, mais un tantinet monotone. Un EP suffisait.

Life Of Agony – Rivers Run Red
Juste re-écouté parce que le nom du groupe est tellement cool qu’il me déclanche chez un léger déplacement de la testicule gauche à chaque fois que je le lis dans le iPod, mais ca s’arrête la.

J’aime pas plus qu’il y a 9 ans…le métal lent avec Pavarotti essayant de souffler sur une patate douce trop chaude en shuitant du Metallica en 33tours, c’est naze.