Étiquettes

, , , , , , , , , ,

« Les sept péchés capitaux identifiés par Saint-Thomas-d’Aquin sont l’acédie (ou la paresse spirituelle), l’orgueil, la gourmandise, la luxure, l’avarice, la colère et l’envie . »

dixit Wikipedia.

L’orgueil.

Hédoniste contemplant son avenir

L’orgueil du défait est des pires : vaincu d’avance dans sa tête, il ne daigne même pas essayer, convaincu que le sort sera contre lui et que le destin n’a rien d’autre à foutre que de s’occuper de son insignifiante personne.

L’orgueil qui pousse à penser que la jolie fille pourrait en prendre ombrage d’être abordé par le crapaud que je suis, c’est le pire. Pourtant, si ça pouvait être le seul, ça me soulagerait…

Eins-zwei-jawohl

Le Japonais a un orgueil qui me semble bien spécial et le pousse à faire semblant de ne pas être offusqué tout en l’étant exagérément dans des situations sans rapport apparent. Le refoulement est un sport national, donc jusque-là, rien de bien étonnant. On évitera les clichés de merde, justifiés ou non, sur le perdre la face, etc.

Non, souvent, l’orgueil japonais est de ce type inversé, genre « je ne sais rien faire, je m’excuse d’être une pauvre merde molle et insignifiante abandonnée par un couple d’étrons en vacances au bord de l’autoroute de vos vies », le genre pénible à force d’abnégation IRRÉALISTE.

LamasN’est pas moine lama qui veut, et surement pas ici. Qu’il s’agisse de politesse, de feinte, d’auto-hypnose ou d’autre chose, ça use.

Ça te rendrait macho une pleureuse d’enterrement, ce truc. Moi ça m’équilibre un peu entre l’abnégation mollement couarde et l’orgueil conquérant de tout savoir, tout pouvoir, tout jauger, quitte à mentir avec insolence.

orgueil automobile1
Exemple d’orgueil automobile rural.

Car ma gourmandise fait aussi mon orgueil : celui de savoir, de connaître, même quand je n’ai fait que lire une colonne dans Télérama il y 10 ans. Je suis le Gérard Miller de vos vies, le spécialiste potiche de tout et rien, surtout quand je ne sais rien, l’usurpateur puissance mille, y compris dans la présente analyse de moi-même, ronflant de pompe orgueilleuse de prose dégoulinante de merde.

En même temps, c’est facile de céder à l’orgueil dans un pays où on cultive l’abnégation ET où l’ignorance n’est pas une source de honte (mieux vaut ignorer un truc que savoir et mettre dans l’embarras le collègue qui ne savait pas)…

Pano_8_potable

Malgré tout ce dénigrement, il faut appréhender l’orgueil comme un extraordinaire moyen de cohésion nationale : endoctrinés dès le plus jeune âge, comme nous le sommes tous, mais sans l’apport libérateur de la philosophie grecque ou de Skyrock, les pas supers jeunes (de 20 à 40 ans, en gros) continuent à défendre des trucs indéfendables comme l’amour de la patrie, les spécificités du peuple japonais, voire un Nihonjinron essoufflé dans les pires des cas.

日本人論

にほんじんろん • Nihonjinron

Vous direz, « Mais non, moi ceux que je connais ils sont très cools, voire critiques, etc. ». Bien.

Quand j’étais petit, le voisin disait que les arabes, c’est vraiment rien que des bicots, mais qu’Abdallah, il est pas pareil, lui on le connaît, et il fait un super boulot dans les vignes.

Loin de nier que certains s’en affranchissent très bien, mais vous êtes peut-être loin de cerner l’étendue de l’empreinte nationaliste sur les mentalités. (ouais, je me la pète encore « j’ai tout compris »). C’est le tissu de la nation, et c’est pas les quelques étrangers critiques qui vont en ronger les fibres. Nous faudrait une bonne guerre pour y voir plus clair.

Meilleur placement de produit 2009

Cet orgueil de la japonitude s’exprime pour beaucoup par l’attaque des nations d’autrui (territorialement, une longue tradition…c’est important, les traditions…). Aujourd’hui, vous subirez peut-être une ou deux piques, voire des salves en cas d’ébriété ou d’énervement (spécialement conjugal), votre pays de merde en prenant plein sa tronche pour pas un rond après une énième remarque de « français qui ouvre trop sa bouche », comme on le pense parfois ici.

Et ça va être dur de ne pas avoir l’orgueil d’y répondre. Moi ça va : j’ai l’orgueil de ne pas m’abaisser à ce débat d’insignifiants boulangistes plébéiens.

Si vous aviez du mal à vous faire une idée de ces skuds (toujours lancés, jamais efficaces) verbaux, c’est :

Sun