Étiquettes

, , , , , , , ,

Le coiffeur, je veux paaaas

« Les sept péchés capitaux identifiés par Saint-Thomas-d’Aquin sont l’acédie (ou la paresse spirituelle), l’orgueil, la gourmandise, la luxure, l’avarice, la colère et l’envie . »

dixit Wikipedia.

La paresse est une sorte de fierté chez moi : je ne travaille que dans des domaines qui m’amusent. Oui, je suis fier d’être un capricieux travailleur pro-ludique.

Ça ne veut pas dire que je bosse comme un bras cassé pour autant : généralement, le fait que je m’amuse est gage de travail bien fait. Je conchie profondément le travailleur japonais qui s’agite interminablement dans son bureau avec un sérieux frisant l’autoécorchage pour une efficacité frisant le zéro absolu, tant pour le résultat que la méthode.

La paresse

D’où les interminables heures de travail, ligoté par sa propre incapacité ou celle des autres chainons de l’entreprise, mais aussi par l’orgueil, positiviste (ou national-érectile, genre « Nous on est pas des charlots, toujours en vacance comme les Français ») ou négativiste, comme cité précédemment : pourquoi t’aurais fini alors que les autres non ? Soit c’est que tu bosses mal, soit tu fais le malin, soit t’es un sale égoïste, soit t’es une faignasse parce que t’as pas réclamé la suite du boulot. De toute façon, t’es UNE MERDE et t’as pas le droit de GET THE trucs DONE. Voilà.

Salarymen_4Salarymen_1

Donc, ma paresse est plutôt dans le fait de se mettre au travail plutôt que de travailler vraiment : quand j’y suis, j’y suis.
Avant, c’est un peu chaud…

Pano_22_Gambettes qui dorment dans le train avec maman

Ma paresse de faire les choses à temps est terrifiante.

Parfois, je traine juste histoire de ne pas partir à l’heure, sans vraiment savoir pourquoi, en ayant conscience que je fais n’importe quoi, jusqu’au rush d’adrénaline et de transpiration, la course jusqu’à la gare, l’angoisse, la culpabilité.
Parfois la vaisselle s’accumule. Parfois il n’y eut dans mon appart qu’un vague sillon sur le sol, entre le lit, la chaise de l’ordi, la kitchenette et le chiotte microscopique, tout le reste étant un tas de chépaquoi attendant d’être trié, remis à sa place, rangé, jeté, lavé, relevé, rassemblé, rendu…certains s’en souviennent, hein Caro ?

Deadwood paresse

Cet état de paresse, je le laisse m’envahir jusqu’à ce que la mélancolie et l’abattement prennent le dessus, que je me sente mal, que mon environnement me rendre déprimé, que je ne veuille plus que dormir et ne rien branler (ou, justement, me branler) devant l’ordinateur, sur le lit, ailleurs, fumant, buvant, bullant, rageant….
Ma paresse s’autoalimente jusqu’à être fossoyeur de mon moral ou le coup de pied dans le cul salvateur (le coup, pas le cul ni le pied) .

IMG_0786Joyoku No Kisetsu (Unknown, 1969)

Le Japon n’est pas un pays qui me comprend : ici, ça doit être propre, rangé, quitte à ce que ce soit fait à la va comme je te pousse, avec des finitions de merdes comme les maisons, avec des coups de serpillère contournant les objets posés au sol comme quand c’est pas moi qui fait le ménage à la maison.

C’est le pays où tu dois avoir l’air d’en chier au boulot, et si vous aussi, vous vous amusez en travaillant, cachez-le : on pourrait vous reprocher d’être payé pour ça (on me l’a fait).

Tameike la nuiot

C’est aussi un pays où tu dois t’agiter pour rien, ou à défaut, devenir un exemplaire illustré d’une thèse de Marx sur l’aliénation par le travail : debout dans l’entrée de ton magasin désert, pas le droit de t’assoir, pas le droit de te cultiver (la télé, si elle est présente, ne peut aucunement être source de culture), pas de livre, pas bavardage, l’encéphalogramme plat. Toi et ton ulcère.

pano_15_endormie sur banquette

Ton droit à la paresse, obligatoire pour tout le monde dans le Japanisthan communistolibéralodarwiniste-vers-le-bas, tu l’exerceras avec tes amis, ton copain, tes parents, dans ces rapports brutaux où tu grogneras un « mendoksssai naaaa !» (=Ça fait chier, j’le sens pas, ça me gave, j’ai pas envie, etc., suivant le ton) dès qu’une activité te demandera le moindre effort, surtout intellectuel (la moindre activité physique récoltant un coupant « tsukarettta ! », « chuis crevée » après environ 6 minutes 23.).

Comme on l’a déjà dit, ici, tes défauts seront tournables en qualités. Surtout si tu es une femme.

Baille