Étiquettes

, , , , , , ,

Contraste

« Les sept péchés capitaux identifiés par Saint-Thomas-d’Aquin sont l’acédie (ou la paresse spirituelle), l’orgueil, la gourmandise, la luxure, l’avarice, la colère et l’envie . »

dixit Wikipedia.

La luxure, franchement, je ne sais pas ce que c’est.

J’ai beau chercher, ça ne me revient pas, sans doute à cause des tourments évoqués précédemment. Non que je ne rêve pas de féconder la terre entière et de planter ma proue dans les flots cypriques, hurlant « les femmes et les enfants d’abord », mais bon…

Pano_2

Je sens poindre des icebergs d’embrouilles, des banquises d’emmerdes, des situations glauques comme des recifs dans le canal de Panama, des cris, des pleurs, du foutre et de la sueur, des examens vénériens et des boutons suspects, des seins flasques et des culs moites, bref, la grosse caca, comme on dit à Munich (ou pas).

Mon côté timoré associé à une manque chronique de confiance en soi achève de me décourager, si j’avais besoin de l’être plus, mais en gros c’est ça.

Pano_7

Parce que pragmatiquement, je regarde peut-être trop de films coréens, mais j’ai du mal à échapper à l’idée que, quoique tu fasses, où que tu sois, je pense à toi qui me toucha la bite dans cette boite de Shibuya, euh, non, quoiqu’on fasse, ça fini TOUJOURS par se savoir. Toujours, voui. Même enterré dans le jardin. Surtout enterré dans le jardin, en fait.

Alors partant de là, pourquoi prendre des risques idiots ?

Soit tu largues ta copine comme une merde la veille de son anniversaire pour ne pas avoir à lui offrir un cadeau (mais c’est cool quand même : tous ces amis peuvent la consoler demain…sauf si elle n’en a plus, ayant adoptés les tiens) et tu pars tremper ton biscuit aux quatre vents, vivant le vie évanescente* comme Joe Dassin (bien chanceux d’avoir vécu en période de libertion sexuelle, vu sa gueule), soit tu lâches l’affaire et restes fidèle.

Sinon t’auras l’air de quoi quand un ex-plan foireux débarquera avant ton mariage pour rappeler à ta copine combien il parait qu’elle suce « médiocre » ? Uh ?

[Alex Gaudino – Destination Calabria]

*(si avec ce mot, je gagne pas 200 connections dans les stats du blog, je me suicide un poil de barbe)

Pano_4

Autant le dire tout de suite, je n’ai AUCUNE espèce de confiance envers la femelle japonaise pour ce qui est de ce domaine : autorisée si ce n’est obligée moralement à rester une grande gamine capricieuse toute sa vie, elle semble prédisposée génétiquement (j’attends confirmation d’Éric Besson) à détruire ta vie sur une crise de jalousie, d’angoisse ou de bonheur destructeur (le syndrome « j’ai peur d’être heureuse, je vais tout casser préventivement »).

Alors autant dire que le plan fesse caché, je le fantasme par procuration plus que je ne le vis.

Gambettes24Gambettes22gambettes11_c

C’est pas les récits de plans culs glauques qui manquent dans ce pays.

[Katerine – Excuse-moi]

Surtout si ça met en scène des gaijins s’auto-décrivant membrés comme des mulets de Catalogne vs. des mignonnes minettes méga-bonnes et ultra-tight qui gémissent sur le dos comme des crêpes dans un restoroute breton. Ouais…L’image tient la route : en regardant de prêt, tu vois que la crêpe est légèrement boursouflé sous la couche de confiture de fraise…enfin, j’me comprends…

Gambettes38Gambettes21gambettes12_cGambettes31

On va pas revenir une énième fois sur le syndrome du charisma-man, monsieur  « tellement-banal-que-même-la-camif-me-voudrais-pas-comme-modèle-pour-pyjamas », le mec qui croule sous les belettes depuis qu’il dit « Boku » en lieu et place de « Watashi », chose qui passerais de toute façon mal en France.

Yokoso Japougnette !

Alors évidement, si ce n’est qu’éviter la ghonorée, on peut aussi se protéger, n’est-ce pas ?
C’est pas parce que ce n’est pas vraiment une tradition nationale et que les préservatifs sont remarquablement nazes (pour ne pas dire inadaptés, pour Ahmed-la-poutre-khabile entre autres) qu’il faut en profiter pour faire une collection d’hépatites.

[Elli et Jacno – Anne cherchait l’Amour]

Quoique ça peut-être une bonne technique pour forcer le mariage, porte du bonheur pour les uns*, porte du visa pour les autres.

Tout le monde s’y retrouve, y compris ton médecin.

*(chacun ses valeurs : la mienne s’ouvre généralement sous le coccyx

Pano_3

Faut voir l’œil ravi de l’interne sadiquement désolé pour ta race de fornicateur, qui s’avance vers toi et t’annonce que « ca va faire un peu mal, regardez ailleurs » avant de se mettre à genoux, d’empoigner ta mini-quéquette gelée par les gants glacés, plongeant son regard d’acier médical une dernière fois dans le tiens avant que ce soit dans ton méat, pour mieux y enfoncer un coton-tige d’acier de 15cm, histoire de remuer tout ça dans l’espoir de quelques peaux mortes, muqueuses et autre germes permettant de déterminer après 3 jours d’attentes si oui ou non, tu as la malaria du gland ou le typhus du corps caverneux. Ou rien.

Mais revenons à nos préceptes.

Oui, il faut se protéger même si Yoko dit oui à tout. Pas seulement parce que le sida, il ne passera pas par moi, (…) mais pas mal parce que ça peut ressembler à un sacré traquenard, donc. Mais arrêtons les conseils à 2 balles, c’est pas AuFéminin.com, ici.

[Minor Threat – Straight Edge]

Et puis un peu de morale, que diable !

Gambettes25Gambettes30gambettes13_c

Dès l’adolescence, alors que je rentrais du village surpeuplé (166 habitants) vers le hameau pas loin de l’être (5 habitants permanents…), la forêt n’avait pas toujours de délices à offrir (baies, fruits, champignons, gnagna) et les feuilles mortes qui se ramassent à la pelle, ça va un temps, hein.

Alors, que reste-t’il a un enfant aussi innocent que moi de loisir que celui d’imaginer qu’il a une armée de jeunes femmes fortement pulmonaires qui, non, ne rêvent pas d’aspirer jusqu’à l’indigestion ce jus d’amour qui aurait jaillit de mon pont-levis organique dans des proportions déraisonnables par l’action de quelques pilules folles, non, elle n’en auraient pas eu envie mais BESOIN, asservies par de terribles carences en calcium que j’avais insidieusement provoqué chez elles en jetant dans leur gamelles quelques cachets magiques de mon invention, un peu comme le professeur Tournesol chez les Arumbaya.

[Erasure – Oh l’amour !]

Voyez comme la forêt, l’esprit scientifique et ce pédonazi d’Hergé ont fait de moi une victime ? Combien d’atroces et turgescents tourments ont accablés mon âme d’enfant souillée par…par… euh…
La volonté de Dieu ? Voui voui, ça doit être ça !

Gambettes29Gambettes18_cGambettes17_cGambettes20Gambettes15_cgambettes10_c

Car, croyez-le ou non, j’ai toujours eu un profond sens moral, et tenais la religion en bonne estime (malgré une antipathie viscérale pour le catholicisme, mais ça c’est juste du bon sens).

La plupart des cultes à peu prêt convenables s’accordant sur le fait que peupler le monde d’enfants de dieu ne signifiant pas que vous soyez autorisé à tremper votre biscuit dans toutes les eaux bénites, j’ai acquis la conviction que ça ne doit pas être au hasard et que dieu, s’il existe, regarde VRAIMENT notre bistouquette en permanence (Qui pourrait s’en empêcher ? Que le premier qui n’a jamais jeter un oeil sur le chibre du voisin de pissoire m’arrose le premier !).

Donc oui, je suis un modèle de morale physique. Dans ma tête, par contre, seules vos oreilles sont restées vierges. Jusqu’ici.

bustyboooooomboom

Advertisements