Étiquettes

, , , , , , ,

John Doe

C’est définitivement ce qu’il faut dire en toutes circonstances, quand on parle de musique. Peu importe que le son de beaucoup de groupes murisse, tout ce qui est ancien est embelli et auréolé d’authenticité comme les aisselles des secrétaires en été.

Lifetime Struggle 2

C’est un exercice que tout amateur à long terme de n’importe quel genre supporte avec plaisir, tant il est gratifiant (avec un minimum de mémoire).

D’ailleurs, il permet de communiquer avec très peu de langage (voire de cerveau), comme dans les pauses entre les groupes de cette soirée Punch The Pigs, Not The Floor au club UEN de Nishi-Ogikubo. Ca fait plaisir de reparler de bons vieux trucs entre otakus, enfin, « parler », énumérer, oui ! Mais ça permet aux coreux de s’apprivoiser suivant un rituel datant du Circlepithien (-25.000 avants Final Massakre) et toujours fort pratique aujourd’hui.

Quant aux groupes….

Lifetime Struggle 1

J’aurais été bien emmerdé si Lifetime Struggle avait joué de la merde en boite, puisque c’est le groupe de Sakana et que j’ai pas envie de me prendre un « dancefloor justice punch » par fausse inadvertance un jour.

Non, c’est du bon Old School / Fastcore qui tient la route, du solide, du rapide, du bien mené. T’as envie de connaître les textes pour postillonner toi aussi dans le micro avec un doigt tendu, c’est le but, donc y’a bon.

Groupe inconnu 1

Après, on aura vu Encroached, si je ne m’abuse. Qui joue assez vite et sale, un truc très japonais, bien saturé, bien gueulard. Bien si on aime.

Je ne me souviens pas très bien qui est qui, mais globalement, il n’y avait rien qui fît fuir, sauf si on aime My Chemical Romance.

And Believe / Square The Circle

Groupe inconnu 3

Et à la fin arriva JOHN DOE,  son chanteur à mullet déstructurée façon Tony & Guy ou n’importe quel Aixois circa 2004.

Ça aurait pu faire peur, mais ça fait surtout plaisir, parce qu’ils envoient du crust à fond les ballons, que le batteur est en calbut et torse-nu (une marque de bon goût je-m’en-branliste) et que ça savate ta mère avec du 44 fillette.

Groupe inconnu 2

Heureux, dynamisé, positif et légèrement cuit, restait à rentrer, vanné par la journée de merde à l’université de Dokkyo, à écouter des conférences d’intérêt pédagogique variable, mais surtout les commentaires idiotement narcissiques des profs de fac et institut présents, du genre qui n’a vraiment pas inventé le bon sens, mais se permet de couper la parole à tout le monde pour faire part de leur nullité égocentrée.

Un bon concert, ça te lave l’oreille interne de la bêtise humaine. Merci Sakana.