Étiquettes

, , , , , , ,

Heirinji_Erables_photographes 3

Heirinji, faut le trouver, et faut se sentir d’y aller, également.

Mais Madame Watanabe connait bien son bonhomme : pour me convaincre, elle avait amené des photos, des cartes postales, une brochure….Madame Watanabe est mon office du tourisme personnel.

Niiza cityHeirinji_Erables_1

Heirinji est dans le trou du cul de Robinland, vers Saitama, en gros. Prend le sandwich au salami et le thermos, tu pars en voyage. Tu choisis une gare au milieu de nulle part, tu descends, et le chauffeur de bus te dis que d’ici, il n’y en a qu’un par jour. Alors on en prend un autre et on marche.

Heirinji_Erables_5c
Heirinji_Erables_3c
Heirinji_Erables_2c

Vous vous dites surement que j’ai pas de race de vous faire le coup des photos d’érables, après ces 3 ans de fidélité basée sur des réflexions scatologiques et autres analyses merdiques de frustrations quotidiennes, critiques sociétales indignes de Minute et autres délices qui font que la moitié d’entre vous pense que j’ai un ulcère à l’estomac et la haine du péril jaune.
Ça, ça vous regarde.

Heiriji_temple1

Je vais quand même vous montrer mes photos en feuilles et en bois, parce que moi aussi je suis probablement un artiste unique et potentiellement publiable avec une vision tellement originale du Japon que 99, 7 % des étrangers présents sur ce territoire pensent la même chose. Le reste, c’est des aveugles.

Heirinji_Erables_clocheHeirinji_Erables_superposés3
Heirinji_Erables_superposés 2Heirinji_Erables_superposés1

Vous pourriez aussi arrêter de lire ce blog si vous ne comprenez pas l’ironie, hein ?

En attendant les photos des fleurs de cerisiers qui sont tellement belles aussi, constatons que les vieux sont autant à fond dans la photo que les ingénieurs expatriés. Voire plus, vu la somme et le temps qu’ils y investissent. C’est comme les feux d’artifices.

Heirinji_Erables_photographes1c
Heirinji_Erables_photographes2c

Trépieds, gilets à pochette, casquettes, armada de filtres, chaussures de marche, encore une fois, même à la retraite, la formule JAPON=COSPLAY PERMANENT, ça marche. Sauf qu’ils gênent, les bougres, et que pour un peu, ils feraient « tsssss » quand tu t’approches regarder ce qu’eux photographient. D’ailleurs, certains le font.

Heirinji_Erables_mafraise

Comment-ça, je gêne ?

Mais ce temple zen vaut vraiment la peine dans son ensemble.

Non qu’il soit spécialement délicat ou que les vendeuses de talismans laissent supputer des chiennes lubriques à peine nubiles sous leurs tenues rouges et blanches comme autant de métaphores défloratives, mais l’ambiance qui s’en dégage est accueillante (du temple, pas des nénettes…D’ailleurs, c’est pleins de chauves sans ovaires).

Heirinji_Erables_TombesHeirinji_Erables_tombes_mousse

Le parc est immense, le cimetière impressionnant (avec de lourdes portes en pierre taillées, du solide) et la forêt bien plus que centenaire. Sans les vieux, ça serait parfait.

Pour y accéder, le plus simple est de passer par la gare de Shiki, et de prendre le bus sortie sud.

Heirinji_Erables_tombes_alléesHeirinji_Erables_4

En y allant, Chiaki me demandais « Comment ça se fait que les gaijins aiment autant les temples ? ». Une fois sur place, elle acquiesçait et téléphonait dare-dare à ses géniteurs pour porter la bonne nouvelle. J’espère que ce sera pareil pour ceux d’entre vous qui y iront.

Heirinji_Erables_entrée