Étiquettes

, , , , , , ,

Crush and Blush_lycee

Crush and Blush_au fond

Quoique j’ai récemment vu une chiée de films plus ou moins sympathiques, je ne me sentais pas trop d’écrire sur la question.

Crüshe and Blüshe est suffisamment spécial pour raviver cette envie.
Typiquement le genre de film qui a cul entre 2 chaises, C&B suit les affabulations et délires parano-amoureux de Minsook, rougisseuse chronique et psychopathe de l’amour non partagé.

Crush and Blush_dougougna

Essai de synopsis rapide :

Minsook est amoureuse de M.Duh, qui était son prof avant qu’elle ne le devienne elle-même, dans la même école, où son teint homard et sa coiffure façon dessous-de-bras d’ermite en font la prof de russe la moins populaire du lycée. En fait, ex-prof de russe devenue prof d’anglais après avoir été dégagé au profit de Mme.Lee, plus jolie mais bien gourdasse et amoureuse du même Duh.

Crush and Blush _salooooope

Ajoutant l’incompétence professionnelle à la folie affective, elle persécute tout le monde, dermatologue inclus, jusqu’à copiner avec la fille du couple Duh, avec laquelle fille elle scelle une alliance pour empêcher le divorce des parents. Et un complot entre névrosés ordinaires peut aller franchement loin…

Crush and Blush_tas de hyenes
Crush and Blush_meurs

Le film est transporté par ses acteurs. La mise en scène, la musique, le cadrage, rien d’extraordinaire en soi. On sent une influence du film d’horreur, vaguement.

Mais les actrices de ce film quasiment sans hommes, où ils sont des lavettes, des objets sexuels ou des sympathidiotes épaules-pour-pleurer-quand-t’as-bu, ces actrices déchainées (mention spéciale à la gamine, qui te giflerait le clito avec une raquette de ping-pong si elle le pouvait) explosent, pleurent, hurlent, aiment, parlent sans fin, mais dévoilent une sensibilité terrible, une détresse et une solitude qu’aucun mot n’exprime directement, mais que chacun gère à sa façon.

Je me tripote en écrivant, vous l’aviez remarqué ?

Crush and Blush_elegance

Au final, le film est assez violent, envers la société et ceux qui en sont exclus-inclus, en particulier dans l’école. Les élèves apparaissent comme des monstres formatés, et l’humour du film (le spectacle où l’on chante un hymne à l’amour, énorme) le met bien en avant.

Crush and Blush_kim

Ils sont déjà intégrés dans la société coréenne et sa violence noyée dans l’alcool et la lâcheté, sa sexualité omniprésente, mais honnie. Foi de l’innocence, les adultes et les enfants se rejoignent dans le vice et la détresse.

Crush and Blush_fanservice

4,3 / 5 un film drôle et dur, assez rare à mon avis.

Crush and Blush_juon