Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

Jour de départ_aile_lune floue

Le 06 janvier 2001 2011.

Je suis dans l’avion, il est 21h32 à ma montre et 5h32 à l’arrivée, Titan blaste sa race dans mes oreilles de tapir afghan* je n’ai horriblement pas sommeil, j’ai déjà vu 2 films et parlé avec l’allemand bourru dont les coudes semblent avoir entamé un processus de fusion avec l’intégralité de l’accoudoir, on arrive dans 3h, mais commençons plutôt l’histoire au début.

* Tapir Afghan : fourmillier des burquas.

Jajajajajajaa
L’accoudoir est à moi, A MOI ! Tu as kompris, ja ?

Le voyage commence en Avril 2010. Lassé d’attendre et d’entendre chaque année la même histoire, je décide d’acheter un billet pour la France.

HIS m’annonce que presque tout est réservé et qu’il faut payer 125.000 hyènes pour voler avec une compagnie à la con, ma copine insiste pour que je prenne le billet et moi je pense que quelqu’un a versé du rohypnol dans mon cappuccino. Ça va être la fête de la rondelle sous peu ou quoi ? « Prends-le, puisque le mec de l’agence te dis que c’est le moins cher », dis ma femelle, mais le bouc en moi refuse et achète sur le net, Go-Voyage, Swiss Airlines, 834€.

Jour de départ_swiss1Jour de départ_swiss2

Puis, ce sont les jérémiades, comme quoi je pars seul, sabishii, tout ça.

Attends, je t’explique…ça fait 3 ans que je ne suis pas parti. Par manque de fric, de vacances, mais aussi parce que ma copine me faisait le coup à chaque fois, « pars pas seul, je veux y aller avec toi », suivi en différé (genre 3 mois après) d’un désagréable « mais bordel non, tu sais bien qu’à Noël c’est pas possible, je n’ai pas de vacances, moi ! ».
Alors dans la mesure du possible, j’ai toujours essayé de ne pas casser trop de sucre sur le dos des gens que j’aime sur le net, autant j’avoue que ce coup-là m’est resté un peu en travers de la gorge. Donc, je suis parti seul, et les supplications diverses n’y auront rien changé. Telenovelas style, bitch.

Jour de départ_avions1

Avant, j’ai reçu un cadeau. Un Ricoh, pour Noël anticipé, cette année. Pour moi, l’homme désagréable qui part. De la part de Jacqueline, l’avant-veille du départ. C’est une surprise pour moi, qui ne m’y attendais pas, et qui trouvais ces appareils photos bien sympa. Maintenant, j’en suis encore à essayer de maîtriser la bestiole, un peu frustrante pour le moment.

Jour de départ_petit dejJour de départ_apéro de l'avion

Encore avant, puisque la chronologie de ce post tient aussi droit que les dentitions locales, ça aura été plusieurs jours à essayer de trouver des solutions, sur quoi emporter, comment, pour qui. 21.3 kilos en soute, et hormis 2 paires de chaussettes enveloppant de l’umeshu, pas de vêtements: ceux-ci sont compressés sous vides, dans le bagage à main, quelque part entre la poterie, les jouets robots vintage et l’ordinateur portable. C’est ça l’horreur d’avoir une grande famille et tant d’amis. Je suis trop à plaindre.

Tototoro sous videJour de départ_Endormie

Faites un calcul rapide : 2 soeurs, un frère, tous mariés, 9 neveux, 3 oncles et tantes, 2 cousins. Déjà, la valise est pleine, et encore, j’ai zappé des gens. Puis, ajoutez les potos….

Fichtre
Piolet

L’aller se fait sans soucis. Je n’ai personne à côté de moi, j’en profite pour regarder Fritt Vilt 2 (la Suède, un hôpital, des piolets, un détraqué consanguins: pitch du siècle.) et The Human Centipede (avec le titre et le fait que le personnage principal est un chirurgien allemand, ça devrait déjà vous donner une idée), et un bon bollywood des familles (I Hate Luv Storys).

Jour de départ_aile_nuageuxJour de départ_aile_soleil rasantJour de départ_hublotJour de départ_aile_pays baltesJour de départ_aile_suisse

Mais j’imagine que vous n’en avez rien à foutre, mais d’une puissance intersidérale, alors que la Sibérie, c’est toujours magnifique, que l’on mange toujours trop et n’importe quoi dans les avions et qu’il fait bon fumer un clope en arrivant à Zurich.

Jour de départ_horizon_5Jour de départ_horizon_4
Jour de départ_horizon_3
Jour de départ_Avions2

Vincent et sa porsche m’attendent à Lyon, on rentre, on ouvre le pinard, sort le saucisson et le pain prétranché Carrefour, et on bavasse. Alors que je bouffe plus de saucisson en 1h que je n’en ai bouffe en une année japonaise, que je commence à caler franchement et piquer du nez en conséquence, Vincent me fait remarquer qu’il n’est que 8h et moi je vois à ma montre que j’ai fait une nuit blanche.

« ting !»

C’est quoi ce bruit ? Le four ?

« Les andouillettes sont prêêêtes ! »

Eeeeeh ? Maismaismaismais….Essaye de t’imaginer manger une andouillette+platrée de haricots verts au petit déjeuner après une nuit blanche. Un coup de rouge pour faire passer ? Très bonne, mais pour le coup, je roupille comme un porc en ayant l’impression d’être le boa du Petit Prince avec son éléphant dans le bide. Bienvenue au pays.

Jour de départ_ça caille

Publicités