Étiquettes

, , , ,

Voyons les choses en face : ce blog est le désert total, et ce post d’une vacuité abyssale. Il faut que je change quelques bricoles. Mais en attendant, je vais au moins poster quelques photos et souvenirs sans intérêt qui dorment sur le disque dur depuis des mois.

Fukuyama_Assoupi

Puis… TIME WRAP ! Retour un mois en arrière. De la néo-italo-disco (New-York flavor) pleine les oreilles, je suis à la bibliothèque municipale de Fukuyama et j’attends l’arrivée du boss de Drink Cold.

Je pense à rentrer à Tokyo, en espérant que toute la chaine alimentaire des environs ne soit pas contaminée et que la phase de tremblements non-stop des semaines passées soit terminée.

Fukuyama_window to the world

Re-TIME WRAP : Dans le train pour aller à mon boulot, je repense à tout ce dont j’aurais pu parler et dont les photos attestent, mais crains de ressombrer dans le bisounours ou l’autofiction.

Fukuyama_t'es bonne

Dasai is the new Oshare.

En fait, j’ai eu un peu d’autres chats à fouetter que de bloguer les meilleures semaines de ce début d’année 2011, préférant me laisser porter par leur souvenir et m’oublier dans un présent de phantasme paramilitaire, la Kalash de taliban alpin à la main dans Call Of Duty 4, dans l’amitié virile, dans le gros rouge de caserne à 1000yens et le porno éclateur de trous de balles (le leur, pas le mien).

Kannon_Oppai1Kannon_Oppai2

Boddicker's_PruniersFukuyama_appartements

Le retour à Tokyo a été à la fois un soulagement et une inquiétude, soulagement de retrouver un chez-soi (je viens de déménager, donc) et de sentir que d’une manière ou d’une autre, la vie reprend son cours (une bonne phrase de vieux cul, tiens), sentiment un peu idiot dans le sens où la vigilance baisse et la situation atomique ne change pas vraiment.

Fukuyama_Bye Bye

On mange du chou je ne sais d’où avec Robin et Clarence, assis sur des caisses de plastoc dans les ruelles de Ginza : c’est ça. Tu fais gaffe aux étiquettes, les gaijins apprennent soudain les kanjis des préfectures par coeur, mais après 2 bières tu commandes n’importe quoi. De toute façon, que faire ? Arrêter de manger des produits transformés parce que traçabilité zéro ? Mouais…mais quand t’es crevé, tu achètes tout de même des gyouzas au supermarché.

Boddicker's_Softbank