Étiquettes

, , , , , ,

Dark skies

Ah, mais j’avais oublié de vous dire que j’étais allé à Kobe, mais en même temps, je doute que ça vaille un article. Non, vraiment. Vous connaissez quoi, de Kobe ? Vous savez au moins où c’est ? Ça vous évoque quoi ?

Du boeuf ? Bien. C’est pas le salon de l’agriculture ici, George, vous n’aurez aucune photo de mon humble et délicate personne en train de tâter le cul des vaches. Déjà que je ressemble à un pâtre grec, pensez…

Alors quoi, des photos de steaks ? OK, ça, je peux.

SteakTeppanPonzu de mes couillesLe troll

Cherchez l’intrus…

Du saké ? Parce que vous croyez qu’en publiant des photos de verres transparents avec des liquides transparents dedans, qui sentent tous plus ou moins le riz moisi, je vais faire exploser les stats, se toucher les filles et HBO me proposer l’adaptation de ce blog en série ? AHAHAH. Non. À moins que vous ne préfériez que je vous en décrive le gout avec des mots à coucher dehors, genre « icelui goute la caresse du soleil sur la rizière, avec une note salée qui rappelle la fraiche sueur qui perle sur le front de l’à peine nubile fermière arc-boutée sur les plants, aidant sa grand-mère et apprenant d’elle l’art millénaire de planter le riz à un espacement optimal pour un saké de légende » ? Vous m’avez vraiment pris pour une prostituée de luxe ou un journaliste de l’Express, c’est ça ?

Ah, les gâteaux de Kobe. Bien. Comme si le fait d’utiliser mes photos d’instragram ne suffisait pas à enfoncer le clou du cliché. Des photos de gâteaux avec des filtres polarisants, je peux aussi.

Le sucreIMG_6009

Pour le reste, je doute que vous (à part Lolo) ayez des choses à dire sur Kobe. Moi non plus, si ce n’est que j’y allais pour un mariage, et que bien sûr, comme pour la Thaïlande, ça aura été en famille = bordel d’organisation = stress = marrant quand même. Voyons ça de plus près.

Déjà, je ne sais pas qui se marie. C’est belle-maman qui suggère que je vienne, pour faire gaijin de décoration, mais pas pendant toute la cérémonie non plus, hein ? Il faut accueillir les Étrangers, mais pas chez moi, y’a pas de place à cause du piano, disait l’autre.
Il s’agit donc juste de dire bonjour et féliciter la cousine (ou nièce ? Ou soeur de la cousine de la tante de la grand-mère ? Bref.) et de repartir.

Chaises

SamarkandeGraviersCoin de reposCorridor

Le mariage a lieu dans une de ces grandes demeures bourgeoises du siècle passé, ou les gens avaient le cul entre deux chaises, mais se disaient qu’en musclant un peu le cul, ça devrait le faire. L’entrée est une sorte de manoir anglais, et une galerie permet de rejoindre une demeure traditionnelle japonaise. Ce qui en fait un lieu de mariage quasiment idéal pour un pays qui a aussi la raie mentale entre deux mondes.

Le ciel

Je ne verrai pas la cousine, trop occupée. Ni le jour fatidique, ni lors de la terrible beuverie du dernier jour, pendant laquelle l’oncle fanfaron exposera les plus improbables reliques-souvenirs de la bulle économique, tirant de son placard d’improbables cognacs soviétiques en bouteilles de terre cuite, des VSOP de 1982 au bouchon sentant le frein d’adolescent pendant sa première boum, des whiskys indiens improbables en bouteilles entamées que personne ne finira jamais, des trucs sous scellés, boites en velours qui finiront dans le container tel quel lors de son décès.

YeahVSOP

Le lendemain, j’avais une barre monstrueuse dans la tête, et les deux connasses qui se croyaient chez la coiffeuse dans l’avion vers Tokyo n’arrangeront rien. Même en écoutant du Madame Germen, j’ai entendu toutes les histoires de la voisine qui baisait avec un mec du patchinko pendant que Nobuo allait en vacances à Hawaï avec sa pute qui a 12 ans de moins, même que moi je n’irai pas parce que tu sais, les fruits ça me fait guru-guru dans le ventre, alors si en plus je prends un café dessus, j’ai le sphincter en folie, AHAHAHAHA, et puis je lui ai dit que ce n’était pas plus mal que ça, hein, faut savoir profiter des… TAAAAAA GEUUUUUUULLLLLE !!!

Le parvis