Étiquettes

, , , , , ,

Toi, j'te baise !

La pondeuse en chef.

Takashi, je ne sais pas trop comment il est arrivé dans ma vie shizuokate, mais ça devait être quand je vidais la grange avec ma compagne à défaut de vider autre chose (le froid, etc.). Il voulait récupérer de vieux trucs pour s’aménager le rez-de-chaussé de chez mémé… j’y croyais vaguement, mais il a le fric et la volonté, ça suffit.

Résultat : superbe pendaison de crémaillère le 31, et dernière crise de jalousie de l’année, parce qu’une meuf ne me lâchait pas, et que je suis trop con pour ne pas en être flatté. Les gens étaient sympas, ça faisait plaisir. Tous semblaient pourtant partagés entre « T’as vu, on sait s’amuser à Shizuoka, tu devrais venir t’installer ici » et « C’est la mort tellement c’est conservateur, champ-de-thé-land ». Ne l’ayant pas entendu qu’une fois, j’en déduis que c’est vrai : « Shizuoka est une région très TRÈS traditionaliste ».

Branches

Branches traditionalistes (vont vers la droite).

Socialement, c’est sûr : on a encore eu droit au couplet sur « pondez-nous donc des gosses ». J’utilise le verbe pondre puisque c’est celui qui est utilisé en japonais. Ça rend bien l’idée. Les sœurs de ma compagne, présentes et célibataires, en ont mangé plein la gueule, bien sûr. Et va te marier vite fait, et pi je vais t’arranger un truc avec le voisin riche, et puis faites-nous des portées de Japinois vigoureux, etc. K, la petite sœur, a claqué la porte du repas familial, est rentrée en train après 25 minutes.

This

Colines qui votent à droite.

Moi, je suis plus vieux : avec l’oncle-qui-vote-FN-version-locale, j’ai trinqué au Bordeaux tannique de 2011, accord parfait avec les sashimis, et j’ai écouté ce qu’il avait à me dire sur l’importance des structures sociales et leur préservation, puis, avec le peu de verbe que j’ai mais la logique tannée (par mon élevage sous « paternage jésuite » et ma passion adolescente pour la philosophie grecque) qui suit, je lui ai peu subtilement exposé d’autres schémas de pensé, sûrement tous oubliés par la suite, mais la joie de la discussion, visible sur son visage et exprimée par moult poignées de mains moites sentant le poisson, devrait rester. Le cerveau est une machine magnifique, ça valait le coup d’essayer.

That

Vallon symbole du giron de la Nation Japonaise.

En même temps, moi, on ne me demande pas de pondre avec insistance. Et quand la tata relou me dit pour la cinquième fois qu’elle voudrait des enfants dans la maison, je lui suggère d’adopter un petit Chinois, parce que tant d’enfants sans parents seraient sûrement ravis de son insistance affective. Elle n’a pas eu l’air de trouver ça approprié. Étrange.

Mon rêve

Un toit, un champs, un Empereur !

Donc non : pour aucun des enfants, il n’est question de retourner au bercail se farcir ça. On se contentera de faire cuire les haricots de soja.

Oh, ça ne m’a pas empêché de cuisiner pour eux, hein ? Les parents ne sont pas méchants, au contraire. J’aime beaucoup le père, capable de sortir les plus grosses âneries du monde sans qu’on sache vraiment s’il rigole ou pas. Genre :

« Au fait, vous avez du vinaigre, en France ?»

Ah… mais finalement, entre fausses questions et vraie ingénuité, y’a moyen de communiquer assez efficacement. Il vient chercher les infos qui lui semblent nécessaires. C’est quand la famille se réunit que ça commence à coincer, vu que beau-papa est très influençable. Tata-relou dit un truc, genre « Alors, vous vous marierez à Hawaï, hein ? », et il enchaîne cash, c’est le freestyle complet, et je te passe le mic, et v’la la surenchère, va niquer ta mère, j’assure tarpin, suce un parpaing ! Tous les MC veulent me tester mais je vais les délester de leurs ballots de thé pour les vendre au marché, c’est ballot, yo !

Le facepalmage est de rigueur. Mais ça endurcit la jeunesse, cbm.

Boule

Etoile de la Mort Gay.

Les soirées et l’alcool, en revanche, ramollissent plutôt le cortex. Le consulat de la Confédération Helvétique dont je suis un représentant atypique, et ouais je reprends le mic, et je sème la paniq… AH MAIS CA SUFFIT CES CONNERIES ?!

Donc, je disais : le consulat de Suisse avait annoncé un showcase de Mental Groove, label genevois de bon goût (aussi incroyable que ça puisse paraître) dans un petit rade de Shizuoka-city. Dilemme : le mix commence à 22 h. Ca prend 40 minutes de train de s’y rendre, plus 10 à pieds de la gare. Le dernier train est à 23 h 45. Ça sentait la nuit blanche, et on a été servi.

Le mix était très bien, et les 17 personnes présentes (dont 4 DJ et un barman) ont été ravies. J’avais fourni 1/3 du public moi-même, non pas parce que je suis si gros que je compte pour 4, mais parce que j’avais 3 femmes pour me tenir compagnie, plus un couple d’amis (donc 5 femmes… on est au Japon, on va pas commencer à formaliser avec des bricoles comme la fidélité dans le mariage, ce running gag éculé).

TartifletteFacetteCoussinNon non

Les tweets et notes postés cette nuit me rappellent ce qui s’est passé :

23h09 : « ça mixe gros baille funk et j’ai une tartiflette dans le ventre. »

00h16 : 6e gin tonic.

02h39 : « 5e rhum coke. Je danse avec tout le monde. Je suis Édouard Baer. »

03h25 : « 8e rhum coke dans un bar gangsta hiphop de Shizuoka. Je me déteste. »

04 h 20 : miso ramen debout devant le combini. Chatard combo ultime.

Froid

Le froid durcit les couilles, et améliore la fertilité !

Rentrer par le premier train, se glisser dans la chambre par la porte-fenêtre, jeter au loin les éponges à tabac froid qui m’habillent, remarquer qu’il fait froid dans la chambre, comprendre pourquoi la natalité est si basse.

Ruches

Les rûches ! Voilà un bel exemple pour vous, femmes !

Et finalement, prendre la voiture pour faire un tour. C’est beau, toutes ces collines. Des champs de thés entretenus, d’autres à l’abandon. De paysages balayés par le vent. Des routes désertes. Des recoins qui abritent les restes d’une pluriculture traditionnelle : quelques marronniers, quelques plaqueminiers, des ruches, des bambous… Un furtif décrassage de la tête et du corps.

La tranquillité

Un étroit chemin sinueux et de fiers pieux plantés vers le ciel, comme un gang-bang forestier en puissance.